Objectifs

Respecter vos objectifs de dépenses du temps des fêtes

Avec l’anniversaire d’un de nos enfants ainsi que l’halloween qui approchent, c’est le moment idéal pour réfléchir à planifier de mieux respecter nos objectifs de dépenses du temps des fêtes.  

C’était l’un de nos objectifs de dépenses pour 2019 et, étant au tout début du 4e trimestre de cette année, il est temps de mettre en place un plan pour l’atteindre. 

D’ici à ce que Noël arrive, j’espère avoir un plan assez solide pour éviter les tentations pour l’achat d’une trop grande quantité de nourriture et de petits jouets encombrants qui ne contribueront pas véritablement à ajouter de la valeur à ces moments. 

Étapes pour respecter vos objectifs de dépenses du temps des fêtes

J’ai décidé de procéder étape par étape pour réfléchir aux raisons pour lesquels je ne dépense pas de façon attentionnée pendant le temps des fêtes. Plus j’identifie les raisons derrière mes actions, plus il est facile pour moi d’être plus attentive et consciente de mes actions puisque j’entraîne ainsi mon cerveau à porter attention à ce que je fais et à sortir ainsi du mode pilote automatique. 

Voici les 5 étapes que je vais explorer ci-dessous pour nos propres dépenses du temps des fêtes.  

  • Étape 1: Identifiez les véritables valeurs et les résultats désirés pour votre temps des fêtes. 
  • Étape 2: Identifiez les catégories dans lesquels vous dépensez plus  (beaucoup plus facile à faire si vous avez l’habitude de faire le suivi de vos dépenses régulièrement). Déterminez si ce niveau de dépenses dans ces catégories est aligné avec les valeurs/résultats souhaités tels que identifiés à la première étape. 
  • Étape 3: Trouvez tous les déclencheurs de dépenses derrière chacune des catégories dans lesquelles vous avez dépensé plus que vous ne le souhaitez. 
  • Étape 4: Identifier les catégories communes pour les facteurs déclencheurs de dépenses excessives du temps des fêtes. 
  • Étape 5: Réfléchissez aux moyens créatifs que vous pouvez utiliser pour résister chaque facteur déclencheurs de dépenses. 

Si vous avez tendance à dépenser au-delà de vos objectifs à cette période de l’année, ces étapes peuvent vous être utiles pour mieux respecter vos objectifs de dépenses du temps des fêtes. 

Est-ce que ces dépenses s’alignent avec mes véritables valeurs? 

Plus je passe du temps sur le cheminement vers l’indépendance financière, plus je constate que la principale philosophie par rapport aux dépenses de ce mouvement consiste à découvrir nos vraies valeurs et à faire des dépenses qui s’y alignent. 

En agissant ainsi, vous pouvez souvent réduire les dépenses excessives tout en augmentant votre liberté, car vous commencez à agir et à dépenser de manière consciente et non d’une manière que le marketing ou les gens autour de vous souhaitent que vous dépensiez. 

Le fait que j’ai identifié nos dépenses de vacances comme une catégorie à cibler pour une réduction montre clairement que je ressens que ces dépenses dans ce domaine de notre vie, ne correspondent pas à nos valeurs. Au début, c’était un sentiment général, mais j’ai pu l’explorer davantage en lisant le livre Work Optional de Tanja Hester l’hiver dernier.  

Quelles sont nos valeurs derrière dépenses?

Le livre Work Optional  vous guide à travers une série de questions pour identifier votre déclaration de mission monétaire.  Ces questions comprennent l’identification des dépenses que vous avez faites qui vous ont procuré du bonheur et des dépenses dont vous auriez pu vous passer. 

Ces séries de réflexions ont clairement montré que ça me convient de faire des dépenses qui permettent à nos enfants de grandir dans un environnement sécuritaire puis qui peuvent réduire notre stress et augmenter le temps que nous avons pour passer du temps de qualité avec nos enfants pendant qu’ils grandissent. 

Le livre nous amène également à réfléchir à des choses que vous appréciez, mais sur lesquels vous pourriez dépenser moins. Cette réflexion m’a permis d’identifier les cadeaux/jouets et dépenses du temps des fêtes incluant l’alcool.

Nos dépenses des fêtes s’alignent-elles à ces valeurs?

Nos dépenses pour le 4e trimestre de 2018 montrent clairement que la plus grande augmentation était liée à la nourriture, suivie des cadeaux/jouets et du shopping général. Est-ce que l’argent dépensé pour ces choses sert-il à rendre notre environnement plus sécuritaires et/ou réduit-il vraiment notre stress ou augmente notre temps de qualité avec nos enfants? 

Les cadeaux, la nourriture et l’alcool pendant les fêtes peuvent ajouter du plaisir et des sourires aux événements, toutefois, l’idée principale du temps des fêtes est, pour nous, d’être véritablement présent d’esprit et de profiter de ce moment entourés de gens que nous apprécions

Bien sûre, l’alcool peut donner l’impression de réduire le stress, mais comme le décrit A Purple Life dans son article intitulé Lessons Learned from 100 Alcohol Free Days (Leçons apprises de 100 jours sans alcool), il a été prouvé que l’interaction de l’alcool avec nos hormones cause de l’anxiété.

Nous aimons tout de même donner un peu de cette magie de Noël à nos enfants avec quelques surprises qui apparaissent le matin de Noël. Toutefois, nous ne voulons pas laisser ce désir éclipser l’importance du temps que nous passerons à célébrer avec la famille et les amis. En nous dépêchant d’emballer un grand nombre de cadeaux à l’avance, ou en passant un grand nombre de temps à chercher pour plus de cadeaux (même si c’est seulement dans des friperies et sur kijiji), ça peut nous tirer beaucoup d’énergie.  

De plus, en dépensant davantage sur les cadeaux/jouets et autres dépenses du temps des fêtes, nous maintenons ainsi des niveaux de dépenses plus élevés et devons travailler plus longtemps pour les maintenir à long terme.

Une autre façon de voir les choses, est de se dire que nous pourrions plutôt affecter ces dépenses à des choses qui augmentent réellement notre temps de qualité avec nos enfants. Peut-être pourrions-nous plutôt payer pour certaines rénovations que nous avions prévu de faire nous-mêmes. Cela permettrait de libérer du temps lors de nos soirées et de nos fins de semaines qui auraient autrement été dédié à des travaux de rénovations.

Nous essayons également d‘apprendre à nos enfants à gérer leur argent de manière consciente. La meilleure façon pour eux d’apprendre cela est de regarder notre exemple. Si nous leur donnons des cadeaux et des jouets de manière irréfléchie, quel impact cela aura-t-il sur les leçons de gratification différée que nous travaillons à leur enseigner tout au cours de l’année

Qu’est-ce qui déclenche ces dépenses?

Work Optional vous amène également à réfléchir aux facteurs qui déclenchent vos dépenses et à planifier à l’avance à y faire face. Alors, si en observant chaque catégorie où notre famille dépense plus pendant les fêtes, voici les déclencheurs potentiels qui se cachent derrière celles-ci: 

Nourriture: 

Nous recevons souvent des invités pendant cette période de l’année. Cela nous fait clairement plaisir, mais je finis souvent par m’inquiéter que les gens ne mangent pas à leur faim, alors j’achète un peu trop de plats et de collations. Il nous reste alors beaucoup de nourriture que nous gardons et envoyons même avec nos invités pour ne pas la gaspiller.  

Autrement, nous amenons souvent de la nourriture à des événements de type potlucks et j’opte parfois d’amener l’option plus dispendieuse, mais plus simple, au lieu de choisir quelque chose qui demande plus de temps de préparation. Le facteur déclencheur derrière ce type d’achat est donc le manque de planification et / ou le désir de gagner du temps. 

Nos dépenses en restauration ont également tendance à augmenter pendant cette période. Il se trouve que nos événements du temps des fêtes au travail ont lieux dans des restaurants où nous devons payer nos repas. Depuis que je travaille de la maison à temps plein, je ressens le besoin de me présenter à tous ces événements pour être présente, car mon équipe ne me voit pas souvent. Au cours de ces rencontres, je suis souvent proie à l’idée de me gâter puisque je ne vais pas souvent au restaurant

En ce qui concerne nos dépenses en alcool, bien qu’une grande partie de celles-ci était liée à une consommation plus fréquente, nous avons également opté pour des vins et boissons plus dispendieuses. Ma réflexion est alors encore liée à l’idée de me gâter, mais une autre partie de moi désire gâter nos invités sans sembler cheap. 

Cadeaux/Jouets (pour nos propres enfants) :

Les facteurs déclencheurs de l’achat excessif de cadeaux/jouets pour nos propres enfants sont en partie liés à l’anxiété que mes enfants passent à côté d’une expérience spéciale ou encore à la peur des décevoir. 

Shopping:

Notre catégorie “shopping” capture un peu de dépenses variées telles lorsque nous achetons du linge, des livres ou encore quand nous n’arrivons pas à nous rappeler ce que nous avons acheté sur Amazon.

Les facteurs déclencheurs pour notre catégorie “shopping”, du moins l’an dernier, étaient probablement liés au souhait d’atteindre la limite de 35$ pour l’expédition gratuite, au besoin d’un article supplémentaire ou simplement d’atteindre un certain montant nécessaire pour obtenir des points du type AirMiles

Il se peut également qu’il y ait eu des dépenses sur un coup de tête, lorsque nous avions peu de temps pour faire des recherches, car l’année dernière nous passions nos soirées et fins de semaine à achever une rénovation majeure

Élaborer un plan pour résister chacun de ces facteurs déclencheurs: 

Maintenant que j’ai noté tous les facteurs déclencheurs de dépenses au-delà de nos objectifs pour nos dépenses du temps des fêtes, je vais essayer de trouver des thèmes communs englobant ceux-ci, puis de réfléchir à des moyens pour y résister: 

  • Anxiété : Inquiétude de manquer de nourriture, anxiété que mes enfants passent à côté d’une expérience spéciale. 
  • Planification et contraintes de temps: Contraintes de temps pour planifier à l’avance l’achat d’ingrédient et la préparation de mets pour des potlucks, acheter des choses sans faire des recherches.
  • Mentalité de se gâter: Me dire que je ne sors pas souvent au restaurant, nous gâter et gâter nos invités avec du vins et des boissons dispendieuses. 
  • Limites auto-imposées: Me sentir dans l’obligation de me présenter à tous les événements de célébration du travail, pensez que les gens penseront que nous sommes cheap de ne pas acheter l’alcool plus dispendieux, inquiétude de décevoir nos enfants, désire d’atteindre une certaine cible de dépenses pour obtenir la livraison gratuite ou des points. 

Anxiété:

J’ai exploré un peu l’idée de mes dépenses excessives pour les fêtes lorsque j’ai écrit sur la création d’échelle pour diminuer son stress financier. Essentiellement, cet outil est utile pour planifier une exposition progressive à des situations qui causent de l’anxiété. 

Voici d’autres moyens pour tenter de contrer ce facteur déclencheur de dépenses:

  • Je peux passer en revue mes véritables valeurs et résultats souhaités pour notre temps des fêtes et me demander si mon anxiété est vraiment utile pour les atteindre
  • Faire une liste d’indices d’émotions ou de sentiments qui m’indiquent que je ressens ou agis selon une certaine anxiété.
  • Pour mon facteur déclencheur de “nervosité de manquer de nourriture”: M. Mod est meilleur que moi à planifier des quantités, alors il assume maintenant un rôle qui m’aide dans cette étape.  
  • En ce qui concerne “l’anxiété que mes enfants passent à côté d’une expérience spéciale” j’ai trouvé très utile de trouver un moyen visuel de voir la quantité de choses que j’ai déjà à leur offrir comme cadeaux le matin de Noël. Je fais simplement un suivi sur un chiffrier Excel de tous les jouets/vêtements acheté. J’y indique également tous les coûts pour me donner une idée claire de ce qui a déjà été dépensé

Planification et contraintes de temps: 

  • Avoir des recettes simples pour les potlucks: Faire une liste de recette faciles pour amener à des potlucks et garder une liste d’items que je peux stocker pour les préparer si notre temps est limité pendant les fêtes. 
  • Simplifier les choses: Je peux être créative en regardant les circulaires hebdomadaires pendant la semaine à laquelle le potluck a lieux pour penser à quelque chose de rapide et délicieux, ou je peux simplement doubler un des repas que nous préparons pendant la semaine et l’amener au potluck. 
  • Pour le facteur déclencheur d’acheter quelque chose rapidement sans avoir le temps de faire des recherches pour un meilleur prix ou une bonne qualité, j’ai pensé à une solution plutôt simple. Si je n’ai pas le temps de faire des recherche, je ne l’achète pas!  Ce n’est pas parce que c’est la période des fêtes que nos désirs deviennent des besoins.

Mentalité de se gâter:

Je crois qu’il est important de préciser que je suis consciente que le fait de pouvoir m’attaquer à mon facteur déclencheur de dépenses “de me gâter” est de loin un problème d’une personne qui a du privilège.  Tel que Piggy du blog incomparable Bitches Get Richesécrit: “cutting back on wasteful spending is a tactic mostly to be employed by those who have money to waste in the first place”.(Traduction libre: réduire les dépenses inutiles est une tactique qui doit être principalement employée par ceux qui ont de l’argent à gaspiller). 

L’autre moitié des bitches, Kitty, a écrit un article fabuleux à propos de ses aveux selon lesquels elle dépense $500 par an sur Thanskgiving. Ma citation préférée est:

“If you go nuts on each and every holiday, you will go broke. (And possibly become the Grinch. #Originstory?) But spending money on holidays you love is absolutely allowed if the dollar amount that you spend equates to a commensurate amount of joy for you personally.” (Traduction libre: Si vous devenez fou à chaque célébration, vous ferez faillite. (Et peut-être devenir le Grinch.) Mais dépenser de l’argent pour des fêtes que vous aimez est absolument permis si le montant en dollars que vous dépensez équivaut à une quantité de joie correspondante pour vous, personnellement.)

Sur la base de cette réflexion, voici quelques moyens d’aborder cette catégorie de facteurs déclencheurs de dépenses excessives: 

  • Compiler la sommes des moments que vous définissez comme servant à vous gâter: lorsque j’additionne tous ces moments, je constate qu’ils sont peut-être plus fréquents que j’avais en tête. Par exemple, si je regarde mon idée que je ne vais pas souvent au restaurant, je constate que notre moyenne mensuelle de dépenses en restauration avoisine les 290$ / mois jusqu’à maintenant en 2019. Je ne crois donc aps que ma définition de souvent est exacte. 
  • Selon l’article de Kitty, quel montant en dollar équivaut réellement à une quantité de joie correspondante pour moi personnellement? Après réflexion, je me sens plus heureuse de voir mes invités boire une boisson de qualité alors que nous passons une soirée ensemble plutôt que de manger une assiette dispendieuse lors d’un événement professionnel.
  • Je peux réfléchir à la limite ou au point tournant du montant qui me procure de la joie: Quand j’observe mon dernier exemple, dois-je servir une quantité infinie de bonnes boissons alcoolisées? Non, à un moment donné, certains invités peuvent devenir un peu plus désagréables s’ils en consomment trop, donc ce n’est peut-être pas si terrible si les deuxième ou troisième bouteilles (ou boîtes?) de vin que nous offrons ne sont pas aussi facilement avalées. 

Limites auto-imposées:

En regroupant ce que j’ai nommé mes “limites auto-imposées” montre que la plupart ont à voir avec ce que les autres peuvent penser de moi. Il est important de me rappeler que, en autant que vous montrez de la gentillesse envers les autres, la plupart des gens ne pensent pas tant que ça à ce que vous faites. 

La citation préférée de Mindy Jensen de Bigger Pockets (aussi connue sous le nom de Mrs. 1500) me vient en tête:

« I don’t care what you think about me, I don’t think about you at all. » -Coco Chanel (Je me fiche de ce que tu penses de moi, je ne pense pas du tout à toi)

Les autres facteurs déclencheurs sous cette catégorie ont plutôt à voir avec les limites que je m’impose moi-même. Par exemple, quand je crois que je dois avoir X nombre de cadeaux pour rendre mes enfants heureux, ou je dois atteindre un certain nombre de points ou pour économiser des frais d’expédition. 

Voici quelques moyens qui peuvent m’aider à surmonter ces inquiétudes:

  • Remettre en question ma croyance limitante: Je peux me tourner vers certaines questions utiles pour réfuter mes croyances qui me limitent. Par exemple: Qu’est-ce que je dirais à un ami qui avait la même pensée? Quelle est la pire chose qui puisse arriver?
  • Comparer ces limites auto-imposées avec mes véritables valeurs de dépenses: Mes enfants vont-ils vraiment être déçu s’ils n’ont pas beaucoup de cadeaux à défaire? Se sentiront-ils moins en sécurité ou est-ce que ça va diminuer la qualité du temps que je peux passer avec eux pendant les fêtes puisque nous serons entourés de moins de jouets? 
  • Pour ma limite auto-imposée de croire que je dois me présenter à tous les événements des fêtes qui ont lieux à mon travail: je peux clarifier avec ma gestionnaire quelles sont les attentes en ce qui a trait à ma participation à ces activités. Peut-être qu’il n’y a aucun problème à ce que je me présente seulement à un rassemblement de notre petit groupe, ce que je préfère, mais passer mon tour pour l’événement du plus grand groupe. 
  • Réduire la portée: Je peux toujours me présenter à tous les événements professionnels, mais seulement y prendre un verre ou une entrée. Je peux proposer une bonne bouteille de vin à partager avec nos invités, mais optez pour les bonnes options moins dispendieuses pour la seconde bouteille. 
  • Pour ce qui est des points de récompense: Je peux obtenir des points de façon stratégique avec mes achats, mais je peux survivre sans problème en ne réalisant pas le montant optimal. De toute façon, nous utilisons la plupart du temps notre Carte de crédit Remises Tangerine qui nous donne au moins 2% de remise en argent sur la plupart de nos achats

Parler aux autres personnes impliquées dans les événements

Finalement, pour augmenter mes chances de respecter mes objectifs du temps des fêtes, il sera important d’en parler à ma famille proche ainsi qu’aux autres personnes qui jouent un rôle au cours de ces événements.   

D’autant plus que mes enfants ont atteint l’âge où ils peuvent commencer à comprendre certains concepts importants en lien avec l’argent. Ils commencent à comprendre que cela peut prendre du temps, des efforts et de la patience pour économiser de l’argent avant de pouvoir acheter quelque chose (gratification différée). Il est donc important de leur parler des choix que nous faisons de façon consciente afin d’atteindre nos objectifs de dépenses pour les fêtes. Il est encore plus important que je parle aux gens qui veulent leur offrir une quantité excessive de cadeaux. 

Je serai donc ouverte avec nos familles élargies à propos de nos objectifs pour le temps des fêtes et notre idée de garder ces moments simples et moins matérialistes.  Cette idée peut également m’aider à gérer certaines de mes limites auto-imposées ainsi que mon anxiété tout en clarifiant nos choix lors de ces festivités.

Avez-vous des astuces pour respecter vos objectifs de dépenses pendant les fêtes? Y-a-t-il des traditions bénéfiques que vous avez mises en place et qui ont été utiles pour vous assurer d’aligner vos dépenses des fêtes avec vos valeurs?

Laisser un commentaire