Objectifs

Tenter de gérer son anxiété dans une pandémie

Lorsque la pandémie a commencé, j’ai d’abord pensé que nous serions comme des grenouilles dans un chaudron d’eau qui se réchauffe tranquillement vers le point d’ébullition. En s’habituant lentement à cette crise et cherchant à retrouver une nouvelle normalité sans percevoir le danger d’être lentement en train de se faire cuire. 

En regardant les 4 derniers mois rétrospectivement, je ne sais pas si j’avais raison ou non. J’ai toujours l’impression qu’on fait face à un grand danger dont on ne comprend toujours pas l’ampleur.

Je suis fatiguée. Fatiguée d’être anxieuse, fatiguée de ne pas pouvoir planifier, fatiguée de réfléchir à l’impact de cette crise sur mes enfants, fatiguée d’avoir à faire des choix dans des circonstances difficiles. 

Donc, quand tout a commencé et que je me suis sentie dépassée avec la peur de m’épuiser au fil de tout le temps qu’il faudra pour passer au travers de cette crise, j’ai décidé de m’établir 3 règles simples pour tente de gérer mon anxiété dans une pandémie. 

Chaque fois que je me sens dépassée par tout ce qui se passe, je reviens à ces trois règles pour m’aider à gérer l’incertitude des prochains mois à venir. 

Règle #1 : Donnez-vous l’espace de ressentir vos sentiments.

Je suis assez douée pour supprimer mes émotions, ce qui n’est pas une très bonne chose en soi, donc j’ai vraiment besoin de me rappeler consciemment de prêter attention à mes sentiments. Voilà pourquoi cette règle est particulièrement importante pour moi.

Pour mettre ceci en pratique, j’ai pris le temps d’écrire dans un journal mes réflexions de façon presque quotidienne et j’ai aussi fait de mon mieux pour rester connecté avec ce que mon corps peut me communiquer. Par exemple, des tensions dans mon cou qui m’indique que j’y portais mon anxiété ou encore un noeud dans l’estomac lorsqu’il est question de prendre des décisions pour les mois à venir. 

J’ai fait mon possible pour créer dans ma routine de l’espace et du temps pour ces deux choses, ce qui n’a certainement pas été facile ces 4 derniers mois. 

Règle #2: Identifier ce qui est en mon pouvoir.

Sur la base des sentiments identifiés à travers les efforts mentionnés ci-haut, ma prochaine règle est de déterminer comment me tourner vers une approche plus pragmatique en identifiant ce qui est en mon pouvoir. 

Je me demande alors:

Que me disent ces sentiments désagréables? Que préférerais-je ressentir?

Je définis ensuite quelques actions concrètes qui peuvent m’aider à me rapprocher de ce que je veux ressentir.

Tout en étant très consciente que certains de ces sentiments récurrents n’ont fondamentalement aucune action concrète que je puisse prendre, cela m’aide à identifier ce qui est complètement hors de mon contrôle dans cette crise. En ce qui concerne les sentiments sur lesquels je peux avoir un certain contrôle, j’identifie ainsi des mesures concrètes à prendre pour me sentir mieux.

Règle #3: Quelles sont vos principales priorités?

Ma dernière règle est de revenir aux principales valeurs qui sont importantes pour moi et, essentiellement, ce qui guide mes dépenses et chaque objectif que je me fixe dans ma vie. 

Je repense ensuite à la liste d’actions concrètes que j’ai tirée de ma réflexion à identifier ce qui est en mon pouvoir et je focus à mettre en oeuvre d’abord celles qui ont un impact direct sur les valeurs les plus importantes pour moi.

Conclusion:

Ce ne sont pas des règles à toute épreuve, mais elles m’ont aidée à me sentir un peu plus à la hauteur en me donnant un meilleur sentiment de contrôle. Deux choses dont j’ai personnellement envie à travers toutes l’incertitude que l’on continue de vivre à travers cette pandémie. 

Certains changements concrets qui ont découlé en suivant ces règles inclus: 

  • Renoncer à l’alcool. Au départ, soit dans le premier mois de cette pandémie, j’ai consommé beaucoup plus d’alcool qu’à l’habitude pour essentiellement tenter d’ignorer les sentiments négatifs. De plus, cette habitude me laissait avec moins d’énergie et de patience pour aider mes enfants à gérer ces moments étranges. Je suis sobre depuis 93 jours au moment de publier ceci! 
  • Tenter (pas toujours facile) de limiter le temps que je passe sur les réseaux sociaux car cela a tendance à augmenter mon anxiété pour des choses hors de mon contrôle. 
  • Pratiquer quotidiennement du Yoga depuis la mi-mai. 

Avez-vous mis en place des règles pour vous aider à traverser ces moments étranges ou encore, avez-vous pris des actions concrètes qui vous ont aidés à gérer votre anxiété dans cette pandémie?

P.s: Comme le blog se transforme en contenu un peu plus semi-anonyme, j’écris maintenant également une courte infolettre avec du contenu un peu plus personnel et exclusif pour vous encourager dans votre propre cheminement vers l’indépendance financière.

Abonnez-vous à mon infolettre!

Laisser un commentaire