Mode de vie

Accepter les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière

C’est la troisième fois que je vérifie mon chiffrier aujourd’hui, en modifiant quelques chiffres ici et là, mais hélas, aucun changement significatif pour ce qui est du temps qui reste avant que l’on atteigne notre indépendance financière. J’ai tendance à tomber dans cette habitude lors d’une journée particulièrement ennuyante au travail, ou lorsque je suis en mode procrastination. 

Heureusement, avec le temps, je suis devenue plus habile à reconnaître et accepter qu’il s’agit d’un moment où je me laisse entraîner par les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière.

Accepter les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l'indépendance financière

Motivation en début de parcours

Pour ceux qui découvrent cette idée d’atteindre son indépendance financière puis de prendre une retraite anticipée, vous êtes initialement super motivé à tout optimiser. Les premières années sont consacrées à apprendre, réduire ses dépenses, augmenter son revenu si possible puis projeter la date à laquelle vous atteindrez cet objectif. 

Cela vous garde occupé pendant un petit moment, peut-être quelques années à faire un suivi détaillé de vos dépenses, mais à un certain point, il ne reste plus grand-chose à optimiser afin de rapprocher cette date. C’est à ce moment que vous vous rendez compte que la plus grande partie de ce cheminement, du moins du point de vue monétaire et logistique, est plutôt ennuyeux. 

J’imagine que c’est probablement encore plus ennuyeux pour les gens qui, contrairement à la geek éprise des chiffriers Excel que je suis, ne sont pas aussi motivés par de légères modifications mathématiques dans nos projections ou simplement par le plaisir de voir leur investissement croître lentement.

Vivre dans le futur

Personnellement, j’ai constaté que je me laissais entraîner par cet ennui, lorsque je travaillais dans un emploi moins satisfaisant et donc je me mettais en quelque sorte à vivre dans le futur. C’est assez fréquent pour plusieurs qui poursuivent cette trajectoire vers l’indépendance financière qui tend à être considérée comme une boué de sauvetage qui permettra d’échapper à un emploi ou un horaire plutôt insatisfaisant. Vous vous sentez coincé jusqu’à ce que vous ayez épargné suffisamment pour finalement vivre la vie de vos rêves.  

Mon emploi actuel n’est pas aussi épanouissant que je le souhaiterais, mais j’ai maintenant un poste dans lequel j’ai gagné énormément d’autonomie, en grande partie grâce au fait que j’ai réussi à négocier une entente pour faire du télétravail à temps plein, de compétences puis dans lequel je me sens connectée avec d’autres et valorisée par mes collègues et superviseurs.  

Selon les recherches de Cal Newport pour son livre intitulé So Good They Can’t Ignore You, ce sont les éléments principaux qui permettent aux gens de tirer plus de plaisir et être heureux grâce au fait qu’ils deviennent meilleurs à faire quelque chose. 

Je suis contente d’avoir pris la décision de mettre un accent et beaucoup d’effort à augmenter mon niveau de bonheur au travail et j’encourage n’importe qui qui se sent entraîner par les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière à envisager des mesures qui peuvent leur permettre de faire de même. 

Néanmoins, une grande partie de moi sera toujours impatiente à l’idée de la flexibilité de me libérer de mon emploi actuel. J’ai bien hâte d’essayer toutes sortes d’activités différentes et d’organiser mon horaire à mon propre goût. Je deviens donc parfois frustrée avec la répétition de simplement maintenir des dépenses basses, d’investir tout le reste puis d’attendre l’atteinte de notre montant d’investissement total pour être indépendants financièrement, selon notre plan 2025

Je sais aussi que certaines journées sont plus frustrantes que d’autres au travail et que ce sont des moments plus difficiles pour ce qui est de lutter contre les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière. Comme mon amie du blogue A Purple Life a écrit récemment dans son article traitant de combattre l’impatience (Battling the Impatience Beast) : “Overall my current situation is the best one I’ve found after examining all the factors, but it still has downsides”.  (Traduction libre: Dans l’ensemble, ma situation actuelle est la meilleure que j’ai trouvée après avoir examiné tous les facteurs, mais elle présente encore certains inconvénients)

Enfant qui s'ennuit

Accepter l’ennui

Je crois qu’il y a différentes façons d’approcher et surmonter les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière, selon votre situation. Vous pouvez peut-être envisager de ralentir votre cheminement vers l’indépendance financière en vous inspirant des histoires partagées dans la série slowing down on your path to FI du blogue The Fioneers, afin de trouver plus de satisfaction dans le présent. Vous pouvez possiblement examiner votre vie actuelle puis décider de vous surpasser dans des domaines non reliés à vos finances. 

Même si j’ai tendance à chercher différentes façons d’accélérer ma trajectoire, ou inversement, à réfléchir à diverses options pour ralentir notre cheminement et profiter plus du présent, j’ai constaté qu’un moyen puissant pour m’aider est de simplement reconnaître ce sentiment d’ennui. Ensuite, je peux accepter que je suis impatiente et trouve que notre cheminement vers l’indépendance financière n’est pas assez rapide à mon goût. 

Un chapitre intéressant du livre Atomic Habits explore comment rester motivé dans la vie et au travail, en particulier lorsque vous vous ennuyez avec les étapes nécessaires pour atteindre vos objectifs. L’auteur y explique avoir demandé à un entraîneur d’haltérophilie au niveau élite quelle est la différence entre les meilleurs athlètes et tous les autres. L’entraîneur a conclu son explication en mentionnant qu’il s’agit essentiellement de qui peut mieux gérer l’ennui de s’entraîner chaque jour, à faire les mêmes exercices à répétition. 

“The greatest threat to success is not failure but boredom. We get bored with habits because they stop delighting us. The outcome becomes expected. And as our habits become ordinary, we start derailing our progress to seek novelty.” James Clear Atomic Habits (Traduction libre: La plus grande menace pour le succès n’est pas l’échec mais l’ennui. On s’ennuie avec les habitudes parce qu’elles cessent de nous enchanter. Le résultat devient attendu. Et à mesure que nos habitudes deviennent ordinaires, on se met à saboter notre progrès afin de rechercher la nouveauté)

Je trouve que ces réflexions sont très utiles pour gérer l’ennui que j’éprouve parfois avec mon objectif de m’entraîner régulièrement et crois qu’elles peuvent s’appliquer dans ce contexte également. 

Bien que m’ennuyer avec la vitesse de notre trajectoire vers l’indépendance financière ne veut pas nécessairement dire que je vais soudainement cesser toutes les bonnes habitudes liées à celle-ci et ne pas l’atteindre, j’ai trouvé un certain réconfort à l’idée de simplement accepter cet ennui. Cela m’aide à sortir de ces moments à me laisser emporter par mes projections et à diriger mon attention vers le présent.

mère et enfant sur une plage oubliant les aspects ennuyeux

Réorienter l’ennui

Enfin, ce blogue est également un moyen épanouissant de réorienter l’attention que je consacre parfois à focaliser sur le futur. De temps en temps, lorsque je me surprends dans un tel moment d’ennui, après l’avoir reconnu puis accepté, je note rapidement une idée pour un article ou encore un sujet que j’aimerais approfondir davantage sur le blogue. C’est vraiment une façon plaisante de neutraliser cette impatience.  

Comment gérez-vous l’impatience ou l’ennui dans votre trajectoire vers l’indépendance financière?

Enfant bord de l'eau

4 réflexions sur “Accepter les aspects ennuyeux de la trajectoire vers l’indépendance financière

  1. Je comprends bien ce sentiment. Le parcours FIRE est effectivement, par nature, excessivement ennuyant. Personnellement, je vis très bien avec ça, parce que je suis un gars très routinier. Je n’ai aucun problème avec ça. De plus, le FIRE est plus pour moi un mode de vie à adopter (optimiser/réduire ses dépenses) qu’un réel objectif à atteindre. J’aime mon travail et je n’ai pas l’intention de le quitter avant au moins encore une quinzaine d’années, même si je pourrais probablement prendre ma retraite beaucoup plus tôt que cela. Bon courage !!!

    1. Bon point! Je dois dire que j’aime bien la routine aussi puis que ça m’emporte un certain sentiment de sécurité que la recette elle-même est essentiellement simple 😊. Par contre, j’aimerais pouvoir dire la même chose pour mon travail. Bien que je ne le déteste pas, si j’avais le choix, je passerais mes journées d’une toute autre façon 😉. C’est génial d’être dans cette position et je souhaite que celà reste de même pour les 15 années à venir de ton côté.
      Au plaisir et merci pour le commentaire 😊!!

  2. Quand on s’est lancé dans l’aventure il y a un peu plus de 2 ans, nous étions tous les deux très excités à l’idée d’atteindre rapidement l’indépendance financière. Nous avons rapidement fait un gros ménage de nos dépenses récurrentes. J’ai écouté tous les épisodes des Minimalists, lu leurs livres ainsi que plusieurs autres livres (Le retour du barbier Riche, etc.). On s’est mis des défis d’épicerie minimale et on a vendu plusieurs de nos objets de valeur. On a essayé trois mois sans auto. On a monté toute sorte de fichiers excel de simulation pour finalement avoir les outils qui nous plaisent.

    Deux ans plus tard, l’euphorie est tombée. Nous maintenons le cap et nous nous contentons de maintenir notre fichier excel une fois par mois. Nos hypothèses de simulation étaient bonnes et c’est vraiment sans surprise que nous progressons tranquillement vers notre objectif dans 9.5 ans. Nous sommes maintenant dans le « plateau » vers l’indépendance financière et tout se fait désormais par automatisme sur le « cruise control ». Un peu comme tu l’expliques avec l’entraînement, l’épargne n’est plus un sujet tripatif comme au début et s’est changée en routine anodine. En fait comme Yann l’a dit, une fois qu’on embrasse ce nouveau mode de vie, on se demande comment la majorité de « la masse » fait pour travailler jusqu’à 65 ans. Mais on garde le cap pareil et on a hâte. L’ingénieuse ne se voit pas arrêter de travailler et dit qu’elle va sûrement continuer à travailler mais choisir ses contrats. Moi je pense que je serai prêt à sauter dans le vide.

    Au travail je m’ennuie parfois, et desfois souvent même. Je fais comme toi et j’ouvre mon fichier excel ou je travaille sur mon blog. Je crois qu’on s’abreuve au même sources car j’ai lu les livres de Cal Newport et je connaissais Atomic Habits. J’ai donc commencé à appliquer les conseils de ces auteurs pour cultiver une approche de l’entraînement au travail et convertir les tâches ennuyantes en une façon de devenir meilleur et obtenir de meilleurs projets par la suite. Je me réserve des plages horaires dans Outlook où je ne lis pas mes courriels et j’avance un dossier important plutôt que de me laisser distraire. Aussi j’ai commencé à m’allouer du temps pour ma croissance personnelle, forcer des cours de gym dans l’horaire, fermer mon cellulaire et lire des livres le soir, etc. Bref je ne veux pas attendre à ma retraite-FI pour vivre.

    On en a beaucoup parlé ma blonde et moi, et on ne veut pas attendre 10 ans pour réaliser nos projets. Nos enfants vont grandir et on doit profiter de chaque moment. On a donc décidé de prendre 4 semaines de vacances en famille chaque été, même s’il faut prendre des sans-solde. Ça va repousser un peu l’Indépendance financière, mais pas tant que ça car on s’est mis des « buffer » dans notre fichier.

    Bref, je partage tes impressions et je crois que d’avoir embrassé le projet FIRE m’a ouvert les yeux et fait découvrir que je peux prendre le contrôle de ma vie et débrayer le pilote automatique. Tout en continuant à travailler comme mes collègues, je peux devenir une meilleure version de moi-même à la fois au travail mais surtout dans ma vie « civile » sans attendre au grand soir.

    Au plaisir,

    L’Ingénieux

    1. Salut L’Ingénieux,

      Je suis bien contente de ne pas être seule dans ce stade du cheminement! C’est superbe que tu te retournes vers les mêmes ressources que moi afin de trouver plus de satisfaction présentement. Je vais certainement suivre vos recommandations de livres ou autres ressources sur votre site!

      Je suis tellement d’accord pour les vacances en famille. Justement cet hiver nous avons décidé de prendre 4 semaines pour faire un voyage en famille, question de profiter de la souplesse dw n’avoir aucun enfant qui ne fréquente encore l’école! Ensuite l’été prochain on verra, mais je pense prendre 4 à 5 semaines, question de passer du temps en famille et d’être présente pour la première semaine de notre grand qui entrera en maternelle.

      Vivement les « buffer » dans les fichiers de projections car comme vous, de telles périodes de vacances et même de congé sans solde, ne changeront pas tant que ça notre trajectoire vers FI. De plus, comme l’ingénieuse, bien que je vais probablement arrêter mon présent emploi lorsqu’on atteindra FI, je vais certainement me lancer dans certaines activités desquelles je peux tirer des revenus, tel que du coaching financier ou donner des sessions à ce sujet puisque ça me passionne!

      Bref, plus on approche de l’objectif, plus on se permet une certaine flexibilité. Tellement d’accord qu’embrassé ce projet permet de prendre contrôle de sa vie et débrayer le pilote automatique!

      Au plaisir de continuer à voir où ce cheminement vous mènera. 🙂

Laisser un commentaire