Mode de vie

Questions pour apprécier la trajectoire vers l’indépendance financière

L’une des principales raisons pour lesquelles je maintiens ce blog est de m’assurer d’explorer et de documenter toutes mes tentatives pour continuer à apprécier la trajectoire vers notre indépendance financière. Je ne veux pas consacrer ces années à chercher uniquement à atteindre le bonheur une fois que nous serions en mesure de quitter nos emplois, je veux que ces années comptent. 

C’est probablement pourquoi cette question posée par Leftover Dollars sur Twitter m’est restée en tête: 

(Traduction libre: Est-ce qu’il y en a d’autre qui veulent atteindre FIRE parce qu’ils désirent voir quel genre de personne ils seront quand le besoin de gagner de l’argent ne sera plus le principal moteur de ses activités? Je ne suis pas certaine de savoir qui je suis sans avoir besoin de gagner un salaire et ça me rend triste.)

J’aime beaucoup cette question. Cela me fait réfléchir au présent et à ce à quoi j’oublie peut-être d’accorder de l’attention, car mon focus est concentré sur un bienfait que je crois que l’indépendance financière me permettra d’atteindre. Paradoxalement, bien que l’objectif d’atteindre FIRE dépend largement de la génération de revenus et du suivi de nos dépenses, l’un de ses bienfait des plus recherchés est d’atteindre un point où l’on n’a plus à penser autant à l’argent. 

Il est important d’y réfléchir afin d’essayer d’incorporer une partie de la liberté que nous permettra d’obtenir l’indépendance financière, même lorsque nous ne l’avons pas encore atteint. Après avoir lu cette question de Leftover Dollars, je n’ai pu m’empêcher de penser à toutes sortes d’autres questions que nous pouvons nous poser afin de générer des réflexions similaires.

Une route ensoleillé

Incorporer notre Soi indépendant financièrement dans la trajectoire

Sur la même ligne de pensée derrière la question de Leftover Dollars, voici quelques questions pour tenter de voir qui l’on veut être une fois qu’on est indépendants financièrement. De plus, ces questions peuvent nous amener à réfléchir à comment l’on peut intégrer son Soi financièrement indépendant tout au long du cheminement vers l’indépendance financière.

  1. Quelles sont les activités que je veux faire une fois que je suis indépendant financièrement?
  2. Lesquelles de ces activités puis-je déjà explorer sous une forme ou une autre tout en cours de route vers cet objectif?
  3. Puis-je faire des lectures ou visionner ou écouter des documentaires/vidéos/podcasts pour acquérir des connaissances par rapport à ces activités? 
  4. Est-ce que je connais des personnes qui pratiquent ou participent à ce genre d’activités? 
    • Que puis-je apprendre d’eux, ou comment puis-je suivre leur propre expérience? 
    • Si je ne connais personne qui les pratiques, existe-t-il une personne en ligne ou une communauté virtuelle à laquelle je peux me joindre pour en apprendre davantage ou suive l’expérience d’autres personnes?
  5. De quelles façons mon travail m’empêche de poursuivre certaines des choses que je souhaite explorer lorsque je serai indépendant financièrement? 
    • Existe-t-il des moyens de surmonter ces obstacles?
  6. Y a-t-il des compétences ou des connaissances qui peuvent être utiles pour ces activités que je peux acquérir grâce à mon travail actuel? 
  7. Que ferais-je maintenant si je ne pouvais jamais prendre ma retraite? 
    • Est-ce que je choisirais un travail différent?
    • Est-ce que j’explorerais différentes activités pour générer des revenus? 
    • Est-ce que je poursuivrais mon emploi actuel, mais en y apportant des changements significatifs? 
  8. Que suis-je reconnaissante d’avoir ou de pouvoir faire maintenant?

Un ouvrage particulier qui propose d’excellents exercices autour de ces interrogations est Work Optional , que j’ai vraiment apprécié.

Réflexions sur un côté plus sombre

The possibility and inevitability of death is always in the back of my mind – the thought that I or the people I love could die at any moment drives me to examine my life and strive for what I want now instead of later.” Why Retire Early? Because Death is Coming. By A Purple Life

(Traduction libre: “La possibilité et l’inévitabilité de la mort sont toujours dans mon esprit – l’idée que moi ou les personnes que j’aime puissent mourir à tout moment me pousse à examiner ma vie et à rechercher ce que je veux maintenant plutôt que plus tard.” dans l’article Pourquoi prendre une retraite anticipée? Car la mort est à venir de A Purple Life)

J’ai souvent tendance à diriger mes pensées vers un côté plus sombre pour me rappeler que l’avenir est incertain. Bien que je suis adepte de la planification et que je vise toujours à jouer un rôle actif pour un avenir qui me rend heureuse, peu importe le nombre de fois où je visualise un futur potentiel parfait, la seule chose qui est sûre est le moment présent. 

Alors, dans cette ligne de questionnement:

  1. Si mes jours étaient comptés et qu’il me restait que peu de temps à vivre, serais-je contente de ma vie actuelle?
  2. Si je perdais un de mes proches bien trop tôt, aurais-je des regrets sur la façon dont je me suis comportée avec eux ou pour ne pas avoir passé plus de temps ensemble?
  3. Quelles sont les expériences que je souhaite réellement vivre avec mes parents, mes enfants ou d’autres êtres qui me sont chers? 
    • Puis-je vivre ces expériences plus tôt sans compromettre nécessairement notre chemin vers l’indépendance financière? 
  4. Pour les expériences qui dépendent de l’atteinte de mon indépendance financière, qu’est-ce que je cherche à obtenir, partager ou ressentir à travers celles-ci?
    • Y a-t-il d’autres activités que je peux faire maintenant avec ces êtres chers tout en parvenant à retrouver certaines de ces valeurs recherchées et l’essence de ces expériences?
  5. Existe t-il des moyens de réorganiser notre trajectoire pour accorder plus de temps à ces personnes maintenant? 
  6. Est-ce que je passe le temps limité que j’ai avec mes proches d’une manière épanouissante? 
  7. Que puis-je apprendre des gens qui ont peu de temps restant dans cette vie? 
    • Que regrettent-ils?  
    • De quels moments se souviennent-ils le plus de leur vie? 
    • Existe t-il des moyens d’intégrer leurs leçons dans ma propre vie?

Nos enfants peuvent être nos plus grands enseignants

“Our children can be our greatest teachers if we are humble enough to receive their lessons.” — Bryant McGill

(Traduction libre: “Nos enfants peuvent être nos plus grands enseignants si nous sommes assez humbles pour recevoir leurs leçons”)

En tant que parents, les dictons “les jours sont longs, mais les années sont courtes” et “le temps passe si vite” contiennent de grande part de vérité. En tant que mère, j’ai le sentiment que je peux constamment faire plus et mes journées chargées demandent énormément de patience de ma part. Pourtant, chaque seconde de chaque jour, je suis remplie d’un immense amour pour ces petits êtres, que je vois changer et grandir trop rapidement. 

Quand ils sont tout petits, nous sommes souvent le centre de leur univers et sommes bombardés de leurs millions de questions sur ce monde dans lequel nous vivons. Malgré l’épuisement, je suis aussi pleinement consciente du fait que le temps passé avec ces enfants est limité. Dans un instant, ce seront des adolescents avec beaucoup d’attitude et peu de temps à passer avec moi. 

Voici donc quelques questions qui peuvent m’aider à tirer le meilleur du temps passé avec nos enfants: 

  1. Qu’est-ce qui compte le plus pour mes enfants? Obtenir des jouets ou passer du temps avec moi? (Pour être honnête, ma réponse est que leur favori serait d’obtenir des jouets puis de jouer avec ceux-ci en ma compagnie mais bon, j’aime me dire qu’ils aimeraient mieux passer du temps avec moi que de jouer avec des jouets sans moi 😆) 
  2. Est-ce que j’accorde toute mon attention à mes enfants quand je passe du temps avec eux? 
  3. Partageons-nous des expériences uniques et avons-nous la chance de nous rapprocher sur une base régulière afin de renforcer nos liens?
  4. À quoi ressemble ma routine quotidienne de leur point de vue?
  5. De quelles expériences me souviens-je le plus de mon enfance?
  6. Est-ce que je permets à mes enfants de prendre le temps et des occasions pour créer des souvenirs uniques? 
    • Est-ce que ma présence et mes actions dans ces moments seront une partie importante de ces souvenirs?
  7. À quand remonte leur dernier fou rire avec moi et comment puis-je en faire se reproduire quotidiennement?
  8. Combien de temps avant que je ne puisse plus les lever ou encore les laisser se blottir sur mes genoux?
  9. Est-ce qu’il me permettront de pincer leurs joues comme ça, tout en leur disant à quel point ils sont adorables lorsqu’ils seront adultes? 
  10. Quelles leçons est-ce que je veux leur apprendre le plus à propos de la vie?
    • Quelles sont les actions que je mets en place pour leur partager ces leçons?

Conclusion:

Ces questions m’aident à réfléchir à des choses que je peux faire différemment pour tirer le meilleur parti des années de cette trajectoire vers l’indépendance financière. J’adore avoir ce type de réflexions puisque je crois fermement qu’il est important d’être heureux au cours de ce cheminement.

C’est également pourquoi j’adore lire la série de TheFioneers visant à partager des histoires de gens prenant une approche plus balancée pour atteindre l’indépendance financière, soit prônant l’idée du Slow FI.  

Qu’est-ce qui vous aide à profiter de tous les moments du cheminement vers l’indépendance financière? Comment répondez-vous à la question de Leftover Dollars: Quel genre de personne voudriez-vous être si l’argent n’était pas le moteur de vos activités?

3 réflexions sur “Questions pour apprécier la trajectoire vers l’indépendance financière

  1. Je pense que tout est une question d’équilibre. Définitivement il faut planifier l’avenir, car nous avons plus de chance de vieillir que de mourir précocement. Par contre, il ne faut pas non plus négliger le présent. La question que j’essaie de me poser avant de consommer c’est: est-ce que je vais vraiment retirer du plaisir en consommant ce bien? Si la réponse est oui, j’achète ! Mais bien souvent la réponse est non….La plus grande décision que j’ai prise dernièrement est de retarder mon projet d’indépendance financière de quelques années pour travailler à temps partiel et ainsi pouvoir profiter de mes trois enfants donc de profiter du moment présent . Parce que si j’ai à mourir demain, ce n’est pas mes biens de consommation ou mon compte en banque qui vont me tenir à coeur, mais bien ma famille. Je veux profiter du jeune âge de mes enfants au détriment de mon indépendance qui en sera retardée d’environ 5 ans. J’avais comme objectif de l’atteindre à 40 ans au départ. Je vis très bien avec cette décision qui me permet d’être plus en équilibre entre le moment présent tout en continuant d’épargner pour le futur mais de façon un peu moindre.

  2. Le plus important c’est l’être, l’avoir et l’argent, ça va ça vient…
    Lorsque mon congé parental s’est terminé (9 mois) après notre deuxième enfant, je suis retourné travailler au centre ville de mtl… comme gestionnaire… job stressante. Je partais 12h par jour, donc avant le réveil des enfants et je revenais exténué, un peu avant leur coucher.

    Alors que j’étais une personne significative dans leur vie, il n’a pas fallu longtemps pour que je sois moins intéressant.. (ils étaient tres petits.. 27 mois et 9 mois). Ça m’a rendu triste.

    J’ai negocie de travaillrr de la maison 1 journee par semaine, puis 2… puis maintenant je travaille de la maison a temps plein et mes enfants ne vont pas a la garderie. Oh.. c’est pas tjrs facile. Mais si je n’avais pas pu avoir ça, j’aurais changé quelque chose de ma vie de façon drastique.

    Les enfants grandissent si vite et le 0@6 ans sont les années les plus importantes. Je n’aurais pas voulu confier mes enfants à des étrangers durant cette période cruciale de leur développement et du developpement de leur confiance en eux et de leur attachement.

    J’aurais repoussé mon projet si nécessaire. Mais j’ai pu trouver le meilleur des 2 mondes.

    Il faut apprécier le chemin, sinon c’est triste… Atteindre le FIRE n’est qu’une etape, c’est pas une fin en soi. Et on peut mourir n’importe quand.

    Et c’est pour ca que j’epargne autant, pour pouvoir enfin etre moi meme le plus vite possible et decouvrir tout ce que je peux accomplir quand « faire de l’argent » n’est plus une obligation.

    bel article. Merci

  3. Cette démarche est aussi celle que je suis, parfois un peu par provocation envers les personnes qui me disent ne rien pouvoir changer à leur vie faute de moyens. En deux étapes : 1) si tu gagnais au loto, tu ferais quoi de ta vie ensuite ? (Écrire en details toutes les activités ). 2) parmi toutes ces choses, lesquelles peux-tu commencer à faire dès maintenant ?
    Car souvent on rêve d’autonomie financière comme d’une autorisation à vivre notre vie librement. Or on peut se libérer dès maintenant, en grande partie !

Laisser un commentaire