Travail

Changement à venir dans mon travail

J’ai appris cette semaine qu’un changement important était imminent dans mon organisation de travail: ma gestionnaire actuelle a accepté de prendre un nouveau poste. Normalement, je ne suis pas très inquiète lorsque des changements surviennent dans mon milieu de travail, mais cette situation est un peu différente.  

Au cours des dernières années au cours de notre cheminement vers l’atteinte de notre indépendance financière, je me suis beaucoup concentrée sur augmenter mon niveau de bonheur au travail. Il est important pour moi que la réalisation de ce but à long terme d’indépendance financière, qui, selon moi, m’apportera un style de vie généralement plus satisfaisant, soit accomplie d’une façon me permettant de continuer à trouver de la satisfaction dans ma situation actuelle.

Par le passé, j’ai occupé des postes avec des gestionnaires un peu moins qualifiés et je peux dire par expérience que le manque d’un bon gestionnaire peut rapidement rendre un travail des plus intéressant assez terrible. Un micro-gestionnaire peut facilement transformer et alourdir une manière satisfaisante d’accomplir ses tâches pour satisfaire son besoin de tout revoir les processus. Un gestionnaire ayant une mauvaise compréhension du niveau de travail de ses employés et du temps qu’ils nécessitent pour l’accomplir risque de ne pas bien gérer les demandes d’autres équipes ou des cadres supérieurs qui cherchent des volontaires pour assumer davantage de tâches. 

Ce billet explorera les raisons qui m’ont laissé l’estomac noué suite à cette nouvelle puis présentera une sorte de plan d’action que j’ai élaboré afin de bien me préparer pour les changements à venir dans mon travail. 

Rivière avant la tempête - Préparation pour un changement à venir au travail

Perte de contrôle

Une grande partie de la motivation derrière ma poursuite d’indépendance financière tourne autour du désir d’avoir plus de contrôle sur ma vie. Sans vouloir avoir l’air d’une “control freak”, la majorité des choses que j’attends le plus avec impatience lorsque j’aurai atteint l’indépendance financière tournent largement autour d’un sentiment d’avoir plus de contrôle.   

Des choses comme: la capacité de décider ce à quoi je veux consacrer mon énergie tous les jours, choisir de partir en randonné sur un coup de tête par une journée d’automne étonnamment chaude et ensoleillée, être en mesure de tout laisser tomber une journée où l’un de nos enfants est malade sans avoir le stress de déterminer si je peux travailler à distance ce jour-là ou d’avoir à déterminer quelles réunions je devrai annuler. Tout cela grâce au fait que mes journées seront en grande partie contrôlées par moi

Même si je savais que ma gestionnaire prendrait sa retraite d’ici les 5 prochaines années, j’étais au courant qu’elle désirait maintenir le même rôle jusqu’à ce moment-là. Cela me donnait un certain sentiment de confort dans le fait que je pouvais m’attendre à me rapporter à elle jusqu’à tout près du moment où je planifie quitter mon travail.

Cette idée me plaisait beaucoup puis, premièrement, j’aime beaucoup ma gestionnaire et nous nous entendons bien, mais aussi parce qu’elle a une bonne compréhension de l’impact qu’a le bien-être d’un employé sur sa performance. Elle sait qu’un employé satisfait de ses conditions de travail performera au meilleur de ses capacités.

En ce sens, elle m’a permis une grande autonomie dans mon travail et a été réceptive et m’a même beaucoup aidée lorsque je lui ai communiquée comment je préfère travailler. Cette nouvelle m’a donc laissée avec un certain sentiment de perte de contrôle dans l’avenir de mon travail

Vulnérabilité

Au cours de ma trajectoire vers l’indépendance financière, j’ai l’intention de commencer à prendre des congés sans solde au cours de l’été et ce dès l’année 2021, puis, connaissant ma gestionnaire, j’avais bonne confiance qu’elle me soutiendrait avec cette idée. Ce changement ajoute maintenant une incertitude sur la façon dont cette idée peut être accueillie et un sentiment de vulnérabilité. 

Mon ou ma nouvelle responsable me fera-t-il ou elle suffisamment confiance pour savoir que, si je pars pour une longue période, je préparerai adéquatement mon remplaçant et que je ferai également l’effort nécessaire pour rattraper tout retard dans mon travail à mon retour?  

De plus, ma gestionnaire actuelle a une excellente compréhension de mon volume de travail et communique très efficacement les besoins de son équipe lorsque cela est nécessaire. Puis-je faire confiance à la personne qui va la remplacer de défendre mes intérêts si je lui laisse savoir que j’ai trop de pain sur la planche pour entreprendre un nouveau projet?

Ce que je veux ressentir

En examinant ce qui précède, certaines cognitions négatives apparaissent dans ma perception des changements à venir dans mon travail.  

Fondamentalement, ces pensées tournent autour du sentiment de ne pas être en contrôle, d’impuissance et d’être incapable d’obtenir ce que je veux dans mon travail. Il y a aussi des aspects de vulnérabilité dans l’idée d’avoir peur de faire confiance à un nouveau responsable ou de ne pas avoir la confiance de cette personne et d’être incapable de protéger la façon dont j’accomplie mon travail.

Grâce à la thérapie, j’ai appris qu’il est important de reconnaître ces cognitions négatives, puis de réfléchir à ce que je veux réellement ressentir. Pour faire ceci, c’est utile de s’appuyer sur une liste de cognitions négatives et positives

Dans ce cas, ce que je préférerais ressentir est que j’ai un certain contrôle sur la manière dont j’effectue mon travail, que j’ai les capacités de faire connaître mes besoins, d’obtenir ce que je veux dans mon travail, que je peux choisir de faire confiances aux autres et que j’ai divers choix à ma disposition.  

En simplifiant tous ces désirs, je veux fondamentalement conserver mon autonomie dans mon travail et si cela n’est pas possible, je veux savoir que je dispose d’autres choix et de solutions disponibles. 

Voici comment je compte me préparer pour les changements à venir à mon travail de manière à renforcer ces sentiments:

Communication des attentes 

La communication des attentes est essentiel dans de nombreux aspects de la vie et joue un rôle important dans relation efficace gestionnaire-employé. Pouvoir communiquer clairement mes conditions de travail optimales m’a amené à négocier une entente pour faire du télétravail à temps plein

Ainsi, j’ai prévu de rédiger un court document résumant la manière dont j’effectue mon travail et des processus en place avec ma gestionnaire actuelle afin de la tenir au courant du statu de mes dossiers. J’y inclurai toute information utile incluant à quel moment nous avons des rencontres, de quelle manière j’escalade des cas plus complexe et quels sont les processus les plus efficaces dans notre relation de travail. 

J’ai déjà discuté de la préparation de ce document avec ma gestionnaire qui a beaucoup apprécié l’idée afin d’aider la personne qui la remplacera à assumer ses nouvelles fonctions. Je lui ai également demandée d’y jeter un coup d’oeil une fois terminé et de me partager ses commentaires.

Lors de ma première rencontre avec la nouvelle personne qui remplacera ma gestionnaire, je pourrai discuter de ce document avec elle et clarifier ses attentes pour l’avenir. 

Ces premières étapes me donnent un certain sentiment d’être en mesure d’avoir un certain contrôle sur la façon dont j’accomplie mon travail, ou, du moins, de ma capacité de pouvoir faire connaître mes besoins et de possiblement obtenir ce que je veux dans mon travail. Cela peut également augmenter les chances de développer une confiance mutuelle saine entre mon ou ma nouvelle responsable et moi-même.

Exploration continue d’autres choix

Bien que je ne puisse pas avoir un contrôle total sur l’évolution de ce changement et sur si la communication des attentes me permettra de maintenir mon niveau actuel d’autonomie, je peux me rappeler avec confiance que j’ai des choix à ma disposition.  D’ailleurs, la poursuite de l’indépendance financière m’a permis une flexibilité encore plus grande dans les choix que je peux faire pour mon avenir. 

Bien que je préfère m’en tenir au plan actuel, si mes conditions de travail devenaient moins agréables pour moi, je sais que je pourrais quitter mon emploi puis réfléchir à un nouveau plan pour financer notre coût de la vie à court terme tout en laissant nos investissements continuer à croître. 

Un article qui traite ce point directement est Financial Independence Milestones that Actually Motivate (traduction libre: Étapes vers l’indépendance financière qui motivent réellement) par Jessica du blog The Fioneers. Dans cet article, les étapes à célébrer au cours de la trajectoire vers son indépendance financière sont plutôt présentés en terme de revenu actif qu’il serait nécessaire de générer par an pour subvenir à nos besoins si l’on finance ce qu’il est possible de nos dépenses en tirant 4% de ses investissements. 

En se basant sur notre dernière valeur totale investie présenter sur le blog: $643,362, nous avons largement dépassé le niveau de Coast FI. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce terme, Jessica l’explique bien dans son article : “when you have enough money currently invested in the market that if you left it to grow, you could retire at a traditional age financially independent.” (traduction libre: lorsque vous avez assez d’argent investi présentement dans le marché pour vous permettre de prendre votre retraite à l’âge traditionnel et être à ce moment indépendant financièrement) . 

En fait, en visant un niveau d’environ $50,000 de dépenses par an, même en utilisant un taux de retrait plus conservateur de 3.5%, il nous suffirait de générer un revenu actif d’un peu moins de $30,000, soit $15,000 pour ma part. Voir ce montant en termes de revenu actif permet certainement d’imaginer un grand nombre d’options et de choix à ma disposition. 

Un autre évènement qui m’aide à percevoir plus de choix, est ma rencontre mensuelle avec mon club de lecture virtuelle en lien avec le livre Designing your Life. Au sain de ces rencontre, nous avons récemment exploré différents choix de vies que nous pourrions concrètement réaliser.   Les exercices du livre vous amènent à réfléchir et à prendre des mesures concrètes pour explorer ces options. 

Les “différentes vies” que j’ai explorées comprennent toutes certains aspects de la liberté que je souhaite préserver sur notre trajet vers l’indépendance financière. Des idées comme : passer moins de temps à travailler pendant l’été afin de passer les vacances scolaires avec nos enfants puis continuer à travailler à partir de la maison la plupart du temps.

Je suis plutôt confiante que toutes les options que j’ai envisagées jusqu’à présent ont un potentiel de gain bien supérieur à $15,000/an, ce qui me permet de continuer d’accroître la valeur de mon investissement pour atteindre l’indépendance financière avant l’âge “traditionnel” de la retraite.  

Le fait de savoir que je continue à explorer ces options concrètes et viables augmente mon sentiment d’avoir beaucoup de choix à ma disposition. C’est fondamentalement le moyen concret de voir comment le pouvoir du “F-You money” peut être mis en pratique et d’en tirer de la confiance.

Conclusion

Bien que le départ de ma gestionnaire me rendee encore triste, ce plan d’action m’a permis de mieux me sentir en contrôle de la situation. Je suis un peu plus confiante que je peux avoir un certain mot à dire à travers cette transition et que j’ai des mesures concrète en places pour continuer à réfléchir et explorer d’autres options si mes conditions de travail changent de manière défavorable. 

Avez-vous déjà eu affaire à un changement au travail qui vous a occasionné une certaine anxiété? Avez-vous des conseils ou des suggestions qui pourraient m’aider à faire face à ce changement à venir dans mon travail?

2 réflexions sur “Changement à venir dans mon travail

  1. Effectivement c’est déjà très sécurisant de pouvoir avoir la liberté de gagner moins tout en conservant les mêmes objectifs vers l’indépendance. Pour ma part, avec 3 jeunes enfants, j’ai modifié mon plan au fils des années. J’ai retardé mon objectif d’indépendance financière de quelques années pour plutôt travailler à temps partiel et profiter du temps avec mes enfants. L’objectif est différent, mais les principes et les moyens demeure exactement les mêmes. Je me compte tellement chanceuse d’être plus libre que mes collègues mamans qui courent à longueur de journée!

    1. C’est vraiment super d’avoir pu faire ce choix! Je crois qu’il est sage de savoir que l’on peut modifier notre plan selon les circonstances de la vie. La liberté qui découle de cette poursuite d’indépendance financière peut être obtenue bien avant de l’avoir atteint comme tu le démontres si bien. Merci de partager ton expérience!

Laisser un commentaire